La volonté des peuples à l’épreuve du pouvoir de l’argent et d’une gauche en faillite

Par : Afaf Aniba-

Jamais dans l'histoire moderne, le sort des peuples n'a compté pour si peu comme à la veille de l'effondrement de l'homme malade (l'empire Ottoman) éjecté de la scène mondiale, un compas sur un carton a dessiné les frontières et fait surgir des nations du désert effaçant d'un trait l'appartenance de plus de 600 millions d'âmes à la communauté uni de l'Islam.

Aujourd'hui avec la fin de la révolution industrielle et du capitalisme et de l'après-mondialisation, les clans de riches sont toujours déterminés à peser de tout leurs poids financier et économique pour empêcher un retournement de situation. Est-ce que les peuples de par le monde tétanisé par un Corona Covid-19 et une terrible récession économique, vont-ils pouvoir décider de leur sort en toute quiétude ?

La chose que la gauche mondiale a vendu avec un succès phénoménal est l'utopie d'une société humaine prospère égalitaire où il n y a pas de place à la pauvreté ni aux inégalités, résultat nous avons eu une économie d'assisté et des couches populaires en état d'enfance, une corruption galopante, et une liberté affranchie de tout garde-fou moral. IVG, LGBT, l'égalité du genre qui dépossède homme et femme de leur caractéristique sexuelle et physiologique, nous avons eu la distribution à large échelle du cannabis et de drogue douce et des espaces publics pour en permettre la consommation, les maux sociaux se sont multipliés par milles, la presque disparition du concept de la famille tel que prêché par les religions monothéistes, le libertinage des moeurs, ect...sans parler d'une course éperdue à l'armement et des guerres qui poussent comme des champignons

La gauche n'a jamais résolu la problématique de la pauvreté et a au contraire loué la paix des lâches en Palestine par exemple. A chaque fois, on s'est retrouvé face à l'empire des clans de riche, happé par une voracité financière, ils n'ont jamais tenu compte de la majorité silencieuse. En Égypte, la paix des braves entre le Caire et Tel-Aviv a renforcé la mainmise sioniste sur le capital Égyptien tantôt directement et tantôt par agent interposé les Emirats et les pays du Golfe en général.

Les aspirations des peuples musulmans du Turkestan oriental, du UttarPradesh des musulmans de la Birmanie ou des peuples  du monde Arabe, Palestinien en l'occurrence ont été occultés tout simplement en faveur de clique dirigeante, venu au pouvoir par la force des alliances stratégiques avec le président Roosevelt ou de coup d'état à l'image de Jemal Abdel Nasser, il n y a jamais eu recours à une consultation des peuples ou des élites authentiques, qui finalement sont restés sous le joug du despotisme qui a changé simplement de visage pour avoir les traits d'autochtones.

Jusqu'où aujourd'hui un peuple Égyptien peut décider de son sort ?

Jusqu'où va un monde Arabe en perte de repère qui s'entretue sur le mètre carré des privilèges et qui laisse une élite jeune s'embourber dans la guerre des idéologies et nous avons pour réalité sociale, une absence totale de balise morale. Tous genre d'extrémisme sévissent sur nos terres et heureusement que les circonstances aidant avec la détermination des plus sincères de par et d'autre, nous avons pu en Algérie tout au moins gagner une première bataille en faisant le choix d'une résistance pacifique qui a conduit à une démission d'une clique dirigeante corrompue et la tenue d'élections présidentielle. Nous vivons un nouveau départ mais nous ne devons jamais baisser la garde, militer est un acte quotidien, la vigilance doit être soutenue heure par heure, minute par minute. Les méchants et les corrompus ne céderont jamais, ils ne savent pas désespérer, à notre tour de prouver que nous sommes dignes des héros, que nous sommes aussi pugnaces aussi persévérant à changer la donne et à bâtir un devenir meilleur pour nos enfants.

Je conclus par cette phrase pensée de Goethe cité par John F. Kennedy dans l'un de ses discours à St Paul, Francfort, Allemagne de l'Ouest, 25 Juin 1963 :"La plus haute sagesse, la meilleure que l'humanité ait jamais connue" était la réalisation que "ne gagne sa liberté et son existence que celui qui les reconquiert chaque jour."*

 

 

*Extrait du livre de Red Gadney "La vie exceptionnelle de John F. Kennedy" Editions Michel Lafon, Carrere, 1984

آخر التغريدات:

    Message: Sorry, that page does not exist., Please check your Twitter Authentication Data or internet connection.