Quand je rencontre nos élèves du lycée

Par : Afaf Aniba-

C'est le début de vacances anticipés et l'heure est au bilan, pour ma part, je le fais dans ce qui suit :

Depuis plus de dix ans, j'ai l'occasion de rencontrer des lycéens une ou deux fois par an, pour les écouter, les aider à adopter une méthode de révision qui leur sied, à leur donner des conseils pratiques pour rattrapper leur retard dans des matières précises, à ne jamais baisser les bras devant leurs difficultées scolaires et à éviter les cours particuliers.

Je n'ai pas cessé dans mes contacts avec ces jeunes pousses à leur insuffler l'espoir d'aller vers un avenir meilleur en abordant leurs études avec optimisme "Dites-vous qu'il y a toujours une possibilité de réussir dans la vie, que ce soit dans les études ou dans une profession ou dans la vie en général."

Il est vital pour moi de faire comprendre à ces élèves que la note ne veut rien dire, qu'il est indispensable pour eux d'acquérir un solide bagage intellectuel, de connaître leurs points forts, et de travailler ensuite les matières où ils accusent un retard certain.

De tout temps, j'ai cru qu'un avenir ne peut être assuré sans un moral d'acier et de semer l'espoir en se référant à une réalité qui avec toutes ses lacunes et son sous-développement offre malgré tout des opportunitées certaines pour un élève et un futur étudiant bûcheur.

Les incitant à bien organiser leur temps tout au long des jours de la semaine, à réviser avec les meilleures éléments de la classe, et à profiter des plates-formes électroniques  conçues spécialement pour leur permettre de mieux comprendre leurs leçons et d'enrichir leur connaissance tout en abordant calmement les examens de fin de trimestre et de fin d'année.

A chaque fois, je veille à dédramatiser les échéances des tests à travers devoirs et examens en leur rappelant qu'ils doivent faire de leur mieux sans recourir au vil procédé de la triche et de ne pas s'alarmer devant des mauvaises notes car ils auront toujours une occasion d'améliorer leurs notes chaque fin de trimestre et de refaire parfois une année est bénéfique.

Nos élèves ont besoin d'être rassurés et de prendre conscience que le parcours scolaire est un jalon indispensable pour être un plus à leur société et que l'enseignement public avec tous ses tares leur assure un accès à la connaissance et au savoir qu'ils peuvent acquérir à force d'abnégation, de constance et d'effort méritoire de leur part.

Que ne pas avoir son baccalauréat n'est pas la fin du monde, ils peuvent le refaire ou s'inscrire pour faire des études dans des établissements privés ou l'enseignement professionnel. Que le quotidien leur offre plusieurs choix et atouts pour se doter d'un savoir porteur et qu'ils doivent penser bien avant d'être admis à l'université aux filières qui sont très demandés sur le marché du travail et de ne pas négliger leurs aptitudes intellectuelles ni sacrifier leurs dons.

En les écoutant, combien de fois, j'ai perçu leur désarroi, face à une méthodologie rebutante imposée par la tutelle, une surcharge de matière et de leçon et des horaires impossibles, ils ne soufflent pratiquement pas.

A l'heure actuelle, revoir le contenu et la forme de l'enseignement dispensé à nos enfants est plus qu'une urgence, car nous sommes en train de gaspiller du temps, de l'effort, de l'énergie et des infrastructures pour un résultat catastrophique, au lieu de briller dans leurs études, nos élèves détestent l'école, ce bastion du savoir de telle façon que très peu d'entre eux réussissent à dépasser le cap du baccalauréat avec mérite.

آخر التغريدات:

    Message: Sorry, that page does not exist., Please check your Twitter Authentication Data or internet connection.