Le hirak Algérien entre le nationalisme et l’anti-nationalisme

Par : Afaf Aniba-

Allah m'a prévenu deux ans avant le hirak par un rêve prémonitoire qu'a fait mon frère, ensuite Allah m'a envoyé un autre rêve où il m'a rassuré que la situation restera sous le contrôle de notre état Algérien, puis en novembre décembre 2018, j'ai lu une étude stratégique faite par Mr William J. Burns* où il annonce l'imminence d'une révolte populaire en Algérie, et en suivant le contenu des réseaux sociaux et en écoutant le murmure du peuple Algérien dans les souks et la grogne contre un cinquième mandat du président Bouteflika et la colère d'une élite Algérienne divisée entre nationaliste et anti-nationaliste, j'ai compris :

Le Hirak n'était plus qu'une question d'heure et de jour, et Dieu sait quand les gens sont descendus le 22 février 2019, j'ai traité  l'événement avec une indifférence totale. J'ai examiné de loin les revendications des manifestants, la démission du président Bouteflika a eu lieu, c'était un bon signe pour moi logiquement les gens devaient revenir à leurs maisons et leurs occupations mais la cassure était si grave entre une partie du peuple et la classe dirigeante Algérienne que le mouvement a continué. Juin 2019, j'avais écris un article où je pressais le général Mohamed Gaid Salah Allah Yrahmou d'aller au plus vite vers une élection présidentielle.

Septembre la date avait été fixé, rassurée, je n'ai plus accordé de l'importance au hirak soi-disant nationaliste qui voulait en découdre avec l'Islam et les acquis de la république Algérienne et démocratique populaire depuis 1962 à ce jour.

La corruption étatique est un phénomène qui existe partout donc ce n'est pas une raison pour moi de déstabiliser un état Algérien dernier rempart contre le sionisme juste pour mettre à bas des clans corrompus, il fallait réformer la justice et amender la constitution et aller au référendum et c'est tout.

Et il faut aussi répandre une culture civique dans toutes les couches populaires et activer les articles de la constitution dans un gouvernement électronique, donc sincèrement je ne comprends pas l'acharnement de ces messieurs activistes à se considérer les  Robin Wood de leurs sociétés alors que personne ne les a désigné comme tel par une élection au libre suffrage universel.

Le courant berberiste extrémiste de Ferhat Mheni et communiste n'est nullement nationaliste, bien au contraire il veut régler ses comptes à une classe dirigeante aujourd'hui qui n'a pas à assumer les dérives de Ben Bella et Boumedienne.

Et ces messieurs harkis infiltrés partout dans les rouages  de l'état et de l'élite Algérienne la nouvelle Algérie ne les arrangeait pas, couper les ponts avec la France la République Impériale était hors de question.

Sans parler de l'ennemi sioniste qui téléguide à distance tous ses courants, les adeptes de Satan, les homosexuels, les lesbiennes, les athés programmant leurs cerveaux pour détruire le dernier bastion Maghrébin refusant la reddition et la normalisation des relations avec Israël.

Bref, le hirak est devenu anti-nationaliste et fait le jeu des ennemis éternels de l'Algérie six fois millénaires.

Et en conclusion, l'ultime combat a été livré sur la terre de l'Algérie et l'état Algérien a vaincu Israël à travers vous wa Alhamdoullillah et il est temps à ceux d'entre vous qui se considèrent comme activistes ou militants des droits de l'homme sincère de travailler la main dans la main avec les nationalistes au pouvoir et avec le gouvernement Algérien dont le président Algérien a été élu le 12/12/2019.

Et que la page soit tournée inshâallah.

 

 

* https://en.wikipedia.org/wiki/William_Joseph_Burns

آخر التغريدات: