Leçons de diplomatie de Mokhtar Aniba

Par: Afaf Aniba-

Un 27 septembre 2002 Mokhtar Aniba nous a quitté à jamais, je n’ai pas cessé de marcher dans ses traces, et j’ai été grandement favorisé par le fait qu’il m’accordait son entière confiance, du Koweit, au Pakistan, Indonésie et enfin la Tunisie, autant d’étapes dans son parcours de grand diplomate. J’ai appris auprès de lui à méditer les leçons de l’histoire et comment activer côte à côte Histoire, présent et efficacité.

Très tôt, il m’a initié aux sciences de la géostratégie, élargissant le champ de ma culture générale. J’avais pour habitude de l’écouter parler sur un sujet politique et le traiter sereinement « En diplomatie, il faut un droit de réserve, de la retenue, de la patience, beaucoup de finesse et surtout un dialogue responsable». Se plaisait-il à me dire.

En lui posant une question sur la guerre civile au Liban, il me fournissait une réponse étoffée avec nom, date et chiffre à l’appui. C’est ainsi que j’ai appris à analyser les faits à partir du terrain, écoutant les experts, les protagonistes et les gens du peuple, avec une approche spatiotemporelle. Les relations internationales sont fait d’alliance et d’inimitié, rien n’est immuable ni certain.

« Un bon diplomate écoute beaucoup et parle peu. » Me disait Mokhtar Aniba : «  Il ne faut jamais dévoiler tous ses cartes ni se leurrer sur les intentions de l’ennemi. »

Je passais des heures sur les cartes du globe terrestre, voulant connaître les couloirs de navigation, et situer les détroits les plus importants. La diplomatie m’a énormément appris, histoire, géographie, démographie, économie, environnement, budget militaire, éducation et la liste est encore longue. Je passais le plus clair de mon temps à écrire des scénarios des conflits actuels et futurs, à me déplacer d’une administration à une autre, lisant tous les discours d’inauguration de tous les présidents Américains et Allah seul sait combien cela m’a été d’un grand secours pour mon enquête sur l’assassinat du président John F. kennedy.

J’appris aussi à lire un rapport de l’AIEA(1), à le décortiquer et à tirer des conclusions pratiques. Et puis il y avait ces discussions riches en enseignement avec mon regretté père. Libre d’argumenter, de peser le pour et le contre, j’élaborais mes propres concepts et thèses, et c’était une véritable appréciation de la part de Mokhtar Aniba quand il approuvait d’un «  Oui, pourquoi pas ? Ton raisonnement est plausible. »

En me référant à la bibliothèque de mon père, je trouvais les brochures incluant la plupart des lois, accords internationaux, et tout ce qui était relatif à la culture juridique de la science-politique.

La plupart du temps, je lisais tout ce qui me tombait entre les mains, ainsi j’acquis le jargon des terminologies ardues.

Je savais ce que cela signifiait les non-alignées, la hausse et la baisse du dollar, le Nasdaq, le FED, les places boursières de Wall Street à Tokyo. Et pour preuve, j’étais gratifié des meilleures notes dans l’histoire-géo, c’était un vrai plaisir de composer.

Ce que je dois à Mokhtar Aniba, je ne peux le résumer en quelques lignes, à force de discipline, de travail acharné d’une grande dose de modération, et une juste mesure des choses, nous pouvons aller loin. A ses côtés, j’étais assurée d’être aux premières loges de tous ces évènements qui ont jalonnés l’histoire moderne de l’Algérie et du Monde Musulman. Diversifiant mes lectures, et profitant de mes discussions avec lui, la diplomatie devint pour moi mon terrain favori.

En diplomatie, il faut savoir tisser des relations de confiance, aller jusqu’au bout de la logique et des négociations et faire preuve de patience sans complaisance. Grâce au savoir acquis par l’entremise de mon père, j’ai finalement opté pour des thèmes de science-politique et j’écris avec un vrai plaisir.

Mokhtar Aniba en tant que diplomate chevronné, a eu une carrière exceptionnelle et cela en dépit des mauvaises volontés au ministère des affaires étrangères, ayant le grade de ministre plénipotentiaire, il n’a jamais été nommé en tant qu’ambassadeur pour la simple raison est qu’il était un honnête homme, il ne voulait ni favoritisme ni recommandation de qui que ce soit et pour ces messieurs du MAE un diplomate intègre fait peur. Il a défendu les intérêts de l’Algérie et du monde musulman avec brio et courage, et je dois dire qu’à mon tour j’ai suivie son meilleur exemple.

Rahimahou Allah Wa asskanahou fassih Jinanouh.

 

(1) https://www.iaea.org/fr

آخر التغريدات: