La Morale de notre foi

Par: Afaf ANIBA-

Nous vivons à une époque où toute application d’un commandement moral se heurte tantôt à un refus net  ou tantôt  à une incompréhension totale !

La jeune génération musulmane en terre d’Islam est l’objet d’une politique démagogique, dans les programmes scolaires, on insiste sur les vertus de la sincérité, de l’honnêteté, de la patience et de la vertu. Au sortir des écoles les dealers de la drogue font des affaires fructueuses avec des adolescents à peine sortis de l’enfance.

Dans la famille, on apprend à ses enfants  à être soi-même sans vantardise ni artifice, mais les chaines télévisés déversent quotidiennement  des tonnes de désinformation et une culture de consommation aux enfants. Bref c’est un combat inégal. S’en tenir à la morale islamique est un véritable challenge dans une société pragmatique à outrance. Personnellement j’en ai fait les frais. C’est franchement une épreuve que de rappeler aux proches aux gens qu’on côtoient au quotidien son engagement moral. A une époque j’ai cru naïvement que mon hidjab apprenait aux autres que la familiarité avec moi est interdite, pas de poignée de main. Pas de n° de téléphone. Pas de légèreté. Je tombais de haut quand j’ai dû affronter des situations impossibles, contrainte à chaque fois de faire une leçon de morale. Les grimaces des uns et l’ironie des autres me persuadait d’un fait : Nous sommes loin encore très loin d’une approche de la pratique de la morale Islamique.

Le pire est que ceux qui se vantent d’être islamistes. Leurs agissements sont loin d’être orthodoxe, pardonnez le terme !

Se parer de vertu est chose naturelle pour le croyant, nous n’avons pas à travestir notre foi ! Nous avons à observer les limites prescrit par la Sunna du Prophète Mohamed Que la Paix d’Allah soit sur lui. Ce n’est parce que la réalité est incompatible avec notre foi, que nous devons faire figure basse ! Nous avons à être sincère avant tout, l’intention première détermine tout. Parfois nous sommes en but à l’hostilité des uns et des autres, c’est naturel aussi. Dans un environnement laïque, régi par des traditions antérieur à  l’Islam, c’est à prévoir les comportements amorales. Ce n’est pas une raison aussi de se laisser faire. Nous avons à méditer l’effort constant et perfectionniste du Prophète Mohamed que La Paix d’Allah soit sur lui à Mekka et à Médine depuis la première descente de l’ange Gibril que la Paix d’Allah soit sur lui dans la grotte Hirâa. Tous les prophètes que la Paix d’Allah soit sur eux ont prônés le changement par étape et selon une optique souple. Comme je porte le vêtement musulman, je me suis fait comme principe de ne jamais conseiller le hidjab à mon entourage féminin non pratiquant, mon attitude et mon apparence parlent suffisamment pour cela. Mais quand je vois une personne qui n’accomplit pas le second pilier de l’Islam la prière, j’interviens et j’encourage la personne en question à revoir son attitude envers la prière et la foi en général. Il y’a des degrés dans notre manière de faire connaître l’Islam. Tous se disent Musulmans cependant ce ne sont pas tous qui tiennent à renouveler leur connaissance de l’Islam. Il y’a une ignorance accrue des préceptes de l’Islam. Quand une adolescente m’apostrophe :- He dites moi fumer est-ce banni par l’Islam ?

Je réponds sur le champs bien sûr. Mais quand une jeune femme cadre supérieur dans le gouvernement me dit :- Je veux savoir ceci : est ce qu’il est interdit de rentrer la nuit chez soi et cela à cause du travail ?

J’ai cette réponse : « Consultez plus savant que moi, c’est préférable et recommandable».

Il faut que mes interlocuteurs sachent que je ne suis ni docteur en Charia ni un grand érudit en Islam et je n’ai ni la sagesse ni le savoir des Oulémas. Et comme il est si difficile à notre époque de dire :- Je ne sais pas. Je suis doublement prudente. Dans le quotidien je suis confronté à des situations où je dois faire preuve d’une grande perspicacité. Il faut être constamment vigilant, sur le qui-vive car facilement on peut vous tromper et aisément vous pouvez vous fourvoyer. Avoir à l’esprit Allah est une manière efficace de ne pas se laisser faire ou de se laisser aller.

Souvent quand on me demande conseil, je leur rappelle ceci :- Seul l’opinion d’ Allah doit compter. L’effet pernicieux de l’oubli, d’une négligence, d’une légèreté  compromet le croyant dans des situations inextricable. Comme ce jeune homme qui avoue à sa grande honte d’avoir commis le Zina, il répondit tout simplement à la question :- Au moment du fait, où était votre esprit ?

- Je n’avais qu’une pensée, bien s’y prendre ! Et c’est tout !!

Allah, son Prophète Mohamed  que la Paix d’Allah soit sur lui, sa Sunna, les commandements divins, le feu de l’enfer, tout cela out ! Satan s’insinue dés qu’il y’a un vide et c’est ce vide que le croyant  doit éviter à tout prix. Cette vie est courte et nous n’avons qu’un seul choix à faire. Marcher droit et faire du Coran Sublime une leçon au quotidien. Ce sont les actes qui parlent de votre foi, comme je l’ai souvent souligné par le passé. Nous ne pouvons vivre complètement à côté. Cette vie n’est qu’un passage vers l’enfer ou le paradis, à vous de trancher.

آخر التغريدات: